L’acclimatation :

Les crustacés d'eau douce sont des êtres très fragiles aux variations du milieu dans lequel ils vivent. Lors du changement d'environnement, par exemple d'un aquarium à un autre, il est important d'harmoniser les paramètres et la température entre le bac d'ou vient le crustacé et dans le bac d'accueil.

- la méthode dite de trempage (Méthode à n'utiliser seulement pour le transfert de crustacés entre deux bacs vous appartenants)

Il s’agit de laisser tremper les sacs de transport contenant les crustacés directement dans l’aquarium, pendant environ 30 minutes, puis de percer des petits trous pour laisser l’eau se mélanger doucement pendant encore 30 minutes, et enfin d’agrandir les trous de façon à laisser sortir seuls les crustacés du sac. (Patienter une heure et pousser les éventuels derniers crustacés hors du sac, qui ne seraient pas sortis seuls).

Ps : le temps de trempage peut être allongé en fonction du temps et de la différence de paramètres entres les deux milieux. On peut également jouer avec la taille des trous faits dans le sac.

*Les avantages de cette méthode :

Les chocs thermiques sont minimes à nuls. La température monte très progressivement.
Pas de risque de blesser les poissons en les manipulant d’un bac à un autre. (Aucune pêche)
Peu de stress les crustacés sortent seuls du contenant
Cette méthode est rapide et demande peu de matériel à désinfecter par la suite.

* Les inconvénients :

Mélange d’eau sale à l’eau du bac avec risque d’introduire des agents pathogènes et des polluants accumulés durant le transport.
Le risque est proportionnel au temps de transport et au volume de l’aquarium.

Conclusion :

Très bonne méthode, mais inadaptée aux sujets ayant voyagé plus de 12 heures.
Donc cette méthode ne pourra pas être utilisée dans grand nombre de cas, nos crevettes viennent souvent de loin.




- La méthode dite du goutte à goutte :

C’est la méthode la plus utilisée.
Si les poissons ont voyagé longtemps, il est recommandé de passer par une première étape de trempage, sans percer les sacs, de façon à réchauffer en partie l’eau avant de mettre en place le goutte à goutte.
Cette étape n’est pas nécessaire si les poissons sont achetés à la boutique du coin, l’eau ne se sera que peu refroidie pendant le transport.

Ensuite placer les poissons dans un récipient, où l’on va introduire de l’eau de l’aquarium à l’aide d’un petit tuyau « de pompe à air » avec éventuellement un robinet en bout, de façon à contrôler l’arrivée d’eau pour qu’elle soit, ni trop rapide pour éviter les chocs osmotiques, ni trop lente afin d’empêcher le mélange de se refroidir. On accélèrera le débit petit à petit jusqu'à la fin du processus.

L’acclimatation sera terminée lorsque l’eau de transport aura été multipliée par trois ou quatre.
La vitesse d’arrivée de l’eau dépendra principalement de la différence de paramètre entre l’eau de l’expéditeur et l’eau de l’aquarium définitif. Plus l’eau est différente, plus l’acclimatation sera longue et inversement.
L’acclimatation totale ne devra pas dépasser trois à quatre heures, passé ce délai le facteur stress pourrait être plus dangereux que la petite différence osmotique ou thermique restante.
Ensuite on pêchera les poissons pour les lâcher dans le bac définitif.

schéma de goutte à goutte

(Schéma réalisé par spcrispy)


*Les avantages de cette méthode :

Pas de choc osmotique.
Pas de mélange des eaux.
Plutôt peu de choc thermique.
Autre avantage la possibilité de séparer 2 « espèces » qui auraient été mélangées dans un sac ou de vérifier les quantités

*Les inconvénients :

Temps d’acclimatation long.
Beaucoup de manipulation d’animaux et risque de blessures.
Désinfection longue et fastidieuse de tout matériel nécessaire pour cette méthode.


Conclusion :

Lors d’achat d’animaux ayant beaucoup voyagé : poste, transporteur, VPC etc. on préfèrera la méthode de goutte à goutte, mais avec une petite variante.
Au lieu de commencer par un trempage comme on aurait fait pour un poisson, on commencera par le goutte à goutte car nos crevettes supportent mieux les eaux froides.
(Je vous laisse choisir le temps nécessaire en fonction des paramètres d'eau etc.)

Puis on effectuera le trempage en fin d’acclimatation, dans un second récipient qu’on laissera tremper dans l'aquarium le temps que la température s’équilibre entre les 2 contenants, ensuite on pêchera les crevettes délicatement pour les relâcher dans l’aquarium.

De cette façon on n’aura pas de choc osmotique ni de choc thermique le seul risque sera le choc traumatique dû aux 2 pêches successives nécessaires à l’introduction des crevettes dans notre bac définitif.

Il existe encore une variante utilisée par beaucoup d'aquariophiles.

A l’arrivée des crevettes, on les transfère dans un récipient que l’on met en trempage direct dans l’aquarium (méthode trempage) pendant environ vingt minutes.
Puis on rajoute environ toutes les 10 minutes un peu d’eau de l'aquarium dans le récipient (méthode goutte à goutte) jusqu’à ce que l’eau du transport soit multiplié par trois ou quatre. Puis on pêche les crevettes et on les transfère dans l’aquarium définitif.
Le temps total de l’acclimatation ne devra pas dépasser trois à quatre heures et il dépendra des différences de paramètres des eaux et du temps du voyage.

Cette méthode cumule beaucoup d'avantages :

Pas de choc thermique
Peut de choc traumatique
Pas de mélange des eaux
Plutôt rapide avec cette méthode les 4 heures maximum ne sont vraiment pas justifiées sauf cas particulier. (Deux heures suffisent en général).
Peu de désinfection de matériel.
Peut permettre de séparer différentes « espèces »

Inconvénients :
Choc osmotique un peu plus brutal par rapport à la méthode goutte à goutte conventionnel.
Choc traumatique possible mais limité (une seule pêche)

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients.
Je vous recommande :

La méthode de trempage : dans le cas de transfert de crevettes entre deux bacs vous appartenant car vous êtes sûr des paramètres et de l’état sanitaire de vos crevettes.

La méthode de goutte à goutte avec le trempage en fin d'acclimatation : dans le cas de crevettes ayant beaucoup voyagé et où il y a une grande différence de paramètres d’eau ou alors lorsque ceux-ci sont ignorés.

Et la dernière variante :
Dans le cas de crevettes ayant moyennement voyagé ou vous connaissez les paramètres du propriétaire et que vous êtes sûr de la qualité des nouveaux arrivants.

La quarantaine :
Les avantages d'une quarantaine ne sont plus contestés.
Lorsque celle-ci est possible elle doit durer au minimum 15 jours pour être efficace.
Avec cette quarantaine, on préserve le bac principal au maximum des risques de maladies diverses, mais hélas ce n’est pas une solution fiable à 100%.
Celle-ci n’évitera pas les éventuels porteurs sains de transmettre une maladie que eux-mêmes n’auront pas développé pour diverses raisons et peuvent très bien décimer les anciennes crevettes de votre bac principal, ou inversement anciennes crevettes porteuses saines et nouvelles décimées.
Dans ce cas les aquariophiles pensent avoir raté leur acclimatation mais ce n’est en réalité rarement le cas et heureusement ce phénomène reste rare.

Toutes ces infos sont issues de mon expérience personnelle que je vous fais partager libre à chacun d’en tirer des conclusions par rapport à ses propres expériences.



Article écrit par lechimiste pour "les-crevettes.com"