Nom scientifique :
Noms commerciaux :
 

Caridina Dennerli

Crevette cardinal, Kardinal, Kardinalgarnele

Description :
Maintenance :

 

Identification:

Cette crevette a été identifiée par Krisitina von Rintelen et Yixiong Cai en Août 2009. Ils ont également révisé l’ensemble des espèces de crevettes sulawésiennes décrites par H. Milne Edwards en 1837 .

Le nom "Dennerli" a été donné en l'honneur de l'entreprise allemande Dennerle GmbH, qui a soutenu ce projet d'identification et plus particulièrement les auteurs de l'identification actuelle des anciennes espèces de crevettes des lacs de Sulawesi .

Introduction et description:

Crevette relativement nouvelle dans le cercle des aquariophiles amateurs de crustacés d’eau douce, la Caridina dennerli est très « à la mode » même si on ne la rencontre encore que dans peu d’aquarium. Il faut reconnaître qu’elle est superbe et très différente des autres crevettes d’eau douce que l’on maintient dans nos bacs.

Elle ressemble en effet plus à une crevette marine et fait penser rapidement à une Lysmata.

La crevette dennerli possède une robe rouge sombre sur laquelle étincellent de magnifiques petits points blancs ou bleutés. La première paire de pattes thoraciques (péréiopodes) et les mandibules sont blanches. Les antennules sont rouges à la base et blanches à l’extrémité.

Ces crevettes sont de plus petite taille que les neocaridina ou caridina que l’on a l’habitude de maintenir, leur corps mesure environ 1 à 1,5 cm.

Origine :

La crevette dennerli est originaire de l’île du Sulawesi en Indonésie.

On la trouve plus précisément dans le Lac Matano. L’eau de ce lac est chaude (28 à 29°C), son pH se situe entre 8 et 8,5. Pour ce qui concerne la dureté, plusieurs valeurs sont relatées !

On parle parfois d’un KH entre 1 et 2° et d’un GH de 2 à 3 ° mais les relevés transmis par les frères Logemann font état d’un KH de l’ordre de 5 et d’un GH de 7.

Leur habitat naturel est pauvre en plantes, ces crevettes aiment se cacher sous des morceaux de bois ou sous des roches. Elles apprécient en effet les zones d’ombre.

Maintenance :

La maintenance des Caridina dennerli est assez délicate dans la mesure où les paramètres nécessaires sont assez particuliers !

Il convient tout d’abord de chauffer l’eau entre 27 et 29°C.

Pour ce qui concerne la minéralisation de l’eau, une eau relativement douce est conseillée.

Mes paramètres personnels sont les suivants : KH = 2-3, GH = 6-7, pH = 8, nitrites indécelables et nitrates inférieurs à 5 ppm, conductivité de l’ordre de 400 μS/cm.

La difficulté fréquemment rencontrée est d’obtenir un pH légèrement basique avec une eau assez douce. On peut utiliser du sable de corail mais personnellement une bonne oxygénation réalisée par un double filtre à exhausteur suffit à obtenir des paramètres corrects.

L’aménagement du bac doit être adapté à leurs mœurs particulières. Ces crevettes aiment rester « à l’ombre », il est donc nécessaire de leur prévoir des cachettes sous des roches ou des racines. Quelques plantes (mousse, eleocharis …) peuvent être utilisées pour colorer le bac mais je ne pense pas qu’elles soient importantes pour le bien-être des crevettes.

Nourriture :

Les Caridina dennerli passent leur temps à rechercher de la nourriture en remuant constamment leurs pinces qui sont terminées par des sortes de soies. Ce ne sont pas des crevettes filtreuses comme les atya, il me semble qu’elles « brossent » le sol et les roches sans doute pour arracher des micro-algues.

Elles acceptent différentes nourritures classiques comme le Novo Prawn ou le mosura, certains éleveurs pensent qu’elles préfèrent une nourriture carnée aux algues.

Il est par contre certain qu’elles préfèrent se nourrir la nuit, quand les néons sont éteints, on les voit plus facilement venir se nourrir sur un petit morceau de mosura par exemple.

Comme beaucoup de nos crevettes, il ne faut surtout pas les nourrir trop abondement, je pense qu’il est de loin préférable de mettre des quantités très modérées de nourriture mais d’augmenter la fréquence (2 fois par jour par exemple). Je conseille aussi de respecter des périodes de diètes de quelques jours de temps en temps.


Reproduction et élevage :

La différenciation des mâles et des femelles ne semble pas facile, je n’ai personnellement pas constaté de différence entre les deux sexes.

Il n’y a pas de stade larvaire et l’élevage se fait en eau douce (pas de passage en eau saumâtre ou salée). Les femelles portent donc les œufs puis les petits sous leur abdomen et lâchent donc des petites crevettes miniatures qui sont très vite bien colorées.

Le nombre d’œufs est assez limité, je dirais entre 10 et 15 mais je n’ai pas compté précisément. J’ai l’impression que la croissance des bébés est assez rapide et que les femelles sont rapidement grainées à nouveau.

Les petits apprécient beaucoup les filtres à éponge (exhausteur) sur lesquels ils trouvent certainement leur nourriture.


Conclusion :

Crevette magnifique par ses couleurs, la caridina dennerli mérite bien le succès qu’elle rencontre chez les aquariophiles amateurs de crustacés d’eau douce.

Sa maintenance est assez délicate dans la mesure où elle nécessite des paramètres particuliers, ce n’est donc, à l’évidence, pas une crevette pour débutant !

Par contre, quand ses paramètres requis sont respectés, l’élevage ne pose pas de difficulté particulière.

Le problème de sa disponibilité dans le commerce est par contre évident, on n’en trouve que dans de rares animaleries pour le moment et ce sont, à ma connaissance, systématiquement des spécimens sauvages. Ce point mérite une mise en garde : en effet, il est très dommageable de continuer à prélever en masse ces animaux dans leur milieu naturel, les risques de disparition de l’espèce sont grands. Il convient donc d’attendre que les jeunes crevettes nées de parents sauvages (F1) se reproduisent à leur tour pour pouvoir diffuser en nombre des crevettes d’élevage.


Fiche réalisée par dave56

 

Hybridation reconnue avec :

Aucune

Paramètres de maintenance :
PH : 8
GH : 6-7
T°C : entre 27 et 28
KH : 2-3
Gallerie photo :