Les planaires
 

 

Les planaires sont des petits vers plats de l’embranchement des Plathelminthes. Elles font partie d’un groupe primitif complexe et disposent d’une capacité de régénération de tous leurs tissus qui intriguent bon nombre de chercheurs aujourd’hui.
Voici leurs principales caractéristiques :

  1. Morphologie :

 

La taille de la planaire varie entre 0,5 et 3,5 cm suivant l’espèce et le milieu. La taille de la planaire adulte n’est pas fixe, en effet, lors de jeûnes prolongés, elle peut devenir minuscule.

Planaire

Exemple de Planaire (Polycoelis nigra)
D’après guide Vigot (1998)

La planaire a une forme générale plutôt ovale et allongée avec une tête triangulaire plus ou moins marquée selon les espèces. Son corps extrêmement plat présente une symétrie bilatérale. Elle est recouverte de minuscules cils vibratiles qui servent à son déplacement et aussi à son alimentation.

La couleur du corps varie beaucoup suivant les espèces. La plupart sont brunes-noires (n° 3 et n°4 de la figure), d’autres sont jaunes (n°2) et certaines transparentes (n°1)

Planaire

Différents exemples de Planaires (Guide Vigot – 1998)
(n°1 : Dendrocoelum lacteum, n°2 : Polycoelis felina, n°3 : Gugesia lugubris, n°4 : Dugesia gonocephala)

  1. Ecologie :

Les Planaires vivent dans des milieux très variés : eau de mer, eau douce et même dans le sol. On les trouve facilement sous les cailloux dans des cours d’eau ou sous les nénuphars. Chaque espèce a des exigences biologiques spécifiques très strictes. Les Planaires peuvent donc être prises comme indicateur biologique en terme de qualité de l’eau, de taux de CO2, d’intensité lumineuse, de température et de pH.

Les planaires sont des carnivores se nourrissant de petits invertébrés qu’elles capturent avec leurs cils et qu’elles consomment après avoir sécrété un mucus digestif qui tue les micro-organismes avant leur absorption.  Elles supportent de très longs jeûnes (parfois plusieurs mois). Certaines ont un régime charognard.

Planaire
Face ventrale de la Planaire (document A. Chevalier)

  1. Reproduction :

 

Les Planaires se reproduisent selon deux méthodes :

La reproduction sexuée :
Les Planaires se reproduisent en automne alors que la température ambiante baisse. La planaire est hermaphrodite mais ne peut s’autoféconder. Chaque planaire copule et occupe le rôle de mâle et celui de femelle. Ainsi, chaque planaire à la fin de l’automne produit 4 à 6 œufs qu’elle dépose dans un cocon jaune à brun, souvent fixé au substrat par un petit pédoncule. Les larves sortent ensuite au printemps, alors que les conditions sont moins hostiles.

Planaire


La régénération :
Si une partie d’une planaire est séparée du reste du corps, elle recréera dans son intégralité l’autre partie manquante. Qu’importe la taille de la partie arrachée ou le nombre de découpes effectuées dans la planaire : chaque partie se régénérera car chaque cellule contient la trace génétique du reste du corps et possède les « outils » pour la régénération (processus de réparation au cours desquels un individu retrouve son intégralité (Universalis)).

Seule une découpe à la hauteur du pharynx inhibe le processus de régénération pour la partie caudale. Ainsi plus la coupe est du côté céphalique, plus rapide et efficace est la régénération.

 

Planaire 

Planaire initiale (1)  plus grande que Planaire régénérée(2) : cette nouvelle petite partie  sera plus petite une fois régénérée puisque ses dimensions avant la régénération étaient plus petites.
(source A. Chevalier)

Remerciements :


Auteurs : Amaël Chevalier et Johann Dupuis pour leur étude sur « les Planaires et leur capacité de régénération » :
http://www.geocities.com/planariaspage/
Université d’Ottawa pour les images de Planaires

Souces : Encyclopedia Universalis
             Site Wikipédia